Mais d’où vient la chanson « It’s a Small World » ?

Publié le : 16/05/2022
967 vues

À l’origine : une attraction légendaire

Tout commence en 1964 pour la Foire internationale de New York. Walt Disney et son équipe sont approchés par la PepsiCo qui sponsorisait le pavillon de l’Unicef. L’équipe de Pepsi avait imaginé plusieurs concepts pendant plusieurs mois mais sans parvenir à un résultat satisfaisant.

De son côté Walt Disney en donnant aux entreprises privées la possibilité d’embaucher WED (une société dirigée par Walt Disney Productions qui était chargée de créer des manèges et des attractions pour Disneyland) pour créer et développer leurs pavillons, il obtiendrait un soutien financier pour faire progresser et développer ses parcs à thème. Non seulement la technologie se développerait, mais toutes les attractions pourraient être déplacées à Disneyland une fois la foire terminée.

Les équipes de Disney n’ont eu que neuf mois pour concevoir et réaliser l’attraction. Mais elle fut l’un des plus grands succès de la foire.

À l’époque le trajet coûtait 95 cents pour les adultes et 60 cents pour les enfants (avec des fonds reversés à l’Unicef). Au cours des deux années suivantes, plus de dix millions de visiteurs ont visité le pavillon.

Au cours des dernières décennies, « It’s a small world » a été construit dans presque tous les parcs à thème Disney à travers le monde : Disneyland (Californie), Magic Kingdom (Floride), Tokyo Disneyland (Japon), Disneyland Park (France) et Hong Kong Disneyland ( Chine).

Une musique qui reste (bien) dans la tête

Les frères Sherman, compositeurs de nombreuses bandes originales des productions Disney (Notament Marry Poppin’s), ont écrit à la demande de Walt Disney la musique et les paroles de la version américaine de la chanson ritournelle « It’s a Small World » (ou It’s a Small World Clock Parade), après que le concept original reprenant les hymnes nationaux a été écarté.

Ils l’ont conçue comme une ballade joyeuse avec une introduction plus lente et plus mélodieuse. La chanson a été partiellement modifiée par la suite : la version actuelle est plus entraînante et plus mono rythmique, afin d’obtenir une version uniforme sur toute l’attraction.

Les paroles sont chantées en : allemand ; anglais international ; anglais avec un accent écossais, anglais avec un accent australien, espagnol, français, italien, japonais, néerlandais et suédois.

Les frères Robert et Richard Sherman ont été parmi les plus grands compositeurs et paroliers de Disney on leur doit notamment « higitus figitus » de Merlin l’enchanteur au « supercalifragilisticexpialidocious » de Mary Poppins.

Le documentaire « The Boys: The Sherman Brothers’ Story » retrace le parcours des frères Sherman (Disponible sur Disney+). Tourné par les propres fils du duo, il ne cache rien de l’inimitié entre ces deux auteurs oscarisés à plusieurs reprises. On y apprend que les deux hommes sont brouillés et ne se parlent plus.

À propos de l'auteur :
Raphaël Couloud